La Musique Multidimensionnelle

Article de Presse

La vie Naturelle

La Thérapie Holosonique : Le Son, un véritable complément alimentaire.

La Musique Multidimensionnelle imprègne nos cellules vivantes d’une information "nutritive".

Jacotte Cholle
t, ex-réalisatrice TV a rencontré au cours de sa vie bien des hommes remarquables dont Krishnamurti, Karl Pribram, David Bohm, Fritjof Capra, Paul McLean et des être moins connus mais à la sagesse immense parmi les papous de Nouvelle-Guinée, les aborigènes d’Australie, les medecine-men d’Amérique du nord et des Caraïbes.


Ces rencontres l’ont conduite à tenter d’améliorer ses facultés cérébrales, tâche immense quand on sait que nous n’utilisons actuellement que 10% des capacités de notre cerveau.
Cette quête l’a propulsée dans une recherche approfondie, qui devait durer neuf ans en deçà et au-delà des limites de la perception humaine. Recherche au cours de laquelle elle devait croiser la route de Lydie Ries, et d’un physicien et médecin le professeur Régis Dutheil, directeur adjoint de la fondation Louis de Broglie et qui, précisément travaillait sur les phonons pressentis par Albert Einstein dans sa théorie de la relativité.

Au bout de ces neuf années de patient travail sur les synthétiseurs, sur les sensations et sur les interactions psychokinetiques entre le cerveau humain et les instruments, entrecoupées de vérifications en laboratoire, Jacotte Chollet allait inventer la Musique Multidimensionnelle, dans laquelle les sons, les infrasons et les ultrasons jouent une étrange partition qui a la particularité d’envoyer des messages vibratoires aux cellules vivantes, dans une gamme harmonieuse de fréquences qui, par couplage de résonance sur le mode des ondes cohérentes (holophonons), ont pour effet de nourrir littéralement les cellules d’informations fonctionnelles qui paraissent, en laboratoire, accroître leurs performances et leur cohérence, qu’il s’agisse des cellules sanguines ou des neurones.


L’ADN entend la musique et participe des phénomènes de conscience.

On subodorait depuis des lustres - en fait depuis que la tradition utilise la musique en tant que moyen thérapeutique - une influence directe ou indirecte des vibrations acoustiques sur l’organisme, mais on n’en avait pas la preuve scientifique. C’est tout juste si l’on arrivait à esquisser la moindre approche théorique satisfaisante. Or, avec les travaux de Szent Gyorgyi et Herbert Frohlich -tous deux prix Nobel- et surtout, récemment de Fritz-Albert Popp sur la biologie de la lumière et la bio communication électromagnétique intercellulaire, on sait aujourd’hui que la cellule (nuclée) par l’intermédiaire de la configuration spatiale et vibratoire de son ADN, est capable de capter, de stocker et d’émettre de l’information ( c’est à dire de l’ordre et de la neguentropie) sur l’environnement. Ce qui signifie en outre que le vivant organiserait son milieu, formule qui rejoint l’hypothèse Gaia de James Lovelock.

En 1989, F. A. Popp (2) avait démontré que les cellules communiquent entre elle d’une manière cohérente, par quanta de photons. Lydie Ries vient de mettre en évidence les preuves de l’action cohérente des phonons (quanta d’unités vibratoires dans la bande son).

"Actuellement souligne le pr. Régis Dutheil, la seule méthode qui se rapproche de la médecine du XXIe siècle, c’est la musique multidimensionnelle, parce qu’elle touche à la fois le corps électromagnétique et la conscience. Elle rétablit la neguentropie".
"Par contact direct entre la musique et la personne qui la reçoit, peut se rétablir ou s’établir l’unicité de la conscience par déblocage des nœuds émotionnels et de ce qu’on pourrait appeler les "kystes" vibratoires du parasympathique.
Par résonance avec la musique multidimensionnelle, on peut observer un effet dissipatif du phénomène qui se communique de cellule en cellule entre systèmes connexes.
On assiste ainsi au ré équilibrage des potentiels le long des méridiens d’acuponcture.
L’effet peut être physique, psychique, holistique.
Le phénomène, qui prend naissance dans la perception cellulaire des vibrations, est en partie traduit en sensations de plus en plus précises qui correspondent à une prise de conscience globale de soi".


"Il y a d’abord, poursuit le Pr. Dutheil un effet d’autodiagnostic et ensuite un effet thérapeutique, par une mise en évidence des traumatismes et des corrections que la conscience peut apporter.
A ce niveau de conscience, le temps n’existe plus. Le passé se superpose au présent. Le corps multidimensionnel s’étend dans le passé et dans le futur de l’hologramme.

Il y a énormément de points nodaux, de vortex énergétiques, si vous voulez, qui relient entre eux des niveaux vibratoires différents qui correspondent à différentes phases du corps multidimensionnel, photonique d’une part, tachyonique d’autre part.Les médecins qui pratiquent la médecine "énergétique" ont trouvé par hasard certains de ces points et ils agissent souvent de manière aléatoire car ils ne font pas intervenir la conscience du patient.

Pour agir sur la globalité et rétablir la neguentropie dans le corps, l’intervention de la conscience est nécessaire.

Entre un excellent acuponcteur et son patient, par exemple, c’est l’interaction des deux champs quantiques de conscience qui permet d’optimiser le résultat en puisant dans le champ de conscience total. Et ce ne sont pas des mots.
Si l’on emploie ce modèle, c’est bien qu’il s’agit de mécanique quantique.
A cet égard, il est important de dire que les expériences actuelles sur la lumière montrent qu’il y a du superlumineux "dans l’air".

Les expériences faites sur les guides d’ondes par les physiciens de Cologne, reprises par les Américains, ont montré que dans un guide d’onde (ondes centimétriques µ de radio), on voit des paquets d’ondes qui se propagent plus vite que la lumière.
Les physiciens sont bien embarrassés. Pour ma part, cela me paraît simple puisque le photon serait composé d’un bradyon et d’un tachyon. J’ai fait une communication à l’Académie des sciences le mois dernier à ce sujet(3).
Quand, en 1923, Louis de Broglie a dit qu’une particule présente un aspect ondulatoire –soit une onde associée- il avait calculé que cette onde dite "de phase" se propageait plus vite que la lumière ; c’était assez scandaleux.

Tous les livres de mécanique quantique que j’ai lu soulignaient cette vitesse issue du calcul, mais indiquaient qu’on ne pouvait pas la mesurer physiquement.
Or, nous travaillons actuellement avec des gens du laboratoire de Villetaneuse qui font des interférences atomiques, et ils ont mesuré la vitesse de phase, qui est bien supérieure à celle de la lumière.
Il y a un faisceau d’indices qui permet aujourd’hui d’expliquer bien des paradoxes de la physique quantique".



La MMD accroît le taux d’hémoglobine et renforce le système immunitaire.

Parmi les autres preuves de ces phénomènes invisibles qui se produisent en deçà et au-delà de la vitesse de la lumière dans nos cellules, celles que vient de mettre en évidence la biologiste Lydie Ries (4) ne sont pas moins intéressantes.

"Lors de variations importantes d’états émotionnels et énergétiques, raconte Lydie Ries, J’ai noté sur moi-même des variations importantes de certaines constantes biologiques.
La Musique Multidimensionnelle de Jacotte Chollet m’a permis de poursuivre cette recherche, grâce à ses effets multiples aux niveaux physiques, psychique, émotionnel et énergétique et de mettre en évidence scientifiquement le lien corps- esprit.
Car la recherche sur les effets physiologique produits par la mise en résonance avec la Musique Multidimensionnelle commence à révéler les circuits que prend l’information entre la conscience et la cellule.

"Pour étudier les effets de cette musique active, précise Lydie Ries, nous avons fait des prises de sang sur des sujets volontaires, avant et après écoute. Nous avons ainsi pu noter des variations sensibles du nombre de globules blancs, du vieillissement des cellules nuclées et de l’hémoglobine. Les globules blancs, notamment les polynucléaires neutrophiles (PN) augmentent de façon constante jusqu'à 4700/mm3. L’hémoglobine montre également de grandes variations dans le sens d’une augmentation, au cours de l’écoute de cette musique +0,5 a +2 g/l en quelques heures.

Parallèlement, nous avons réalisé l’étude des gaz du sang et nous avons noté une sur oxygénation après écoute de la MMD".

DIAPO 1

Diapo 1

DIAPO 2

Diapo 2

DIAPO 3

Diapo 3


Échantillon témoin
de sang frais.

Prélèvement
AVANT

Écoute de la musique MULTIDIMENSIONNELLE,
analysé 3 jours après.

Prélèvement
APRÈS 1H

d'Écoute de la musique MULTIDIMENSIONNELLE,
analysé 3 jours après


La MMD ralentit le vieillissement.

"Quand à l’action de la MMD sur le vieillissement cellulaire, poursuit Lydie Ries, elle a été mise en évidence accidentellement.

Les prélèvements sanguins, avant et après écoute, ont été oubliés dans le réfrigérateur et ne sont parvenus au laboratoire que trois jours plus tard. Sur des étalements sanguins sur lame de verre colorés au May Grunwald Giemsa, nous avons constaté que la forme des cellules sanguines nuclées après écoute étaient mieux conservées que celles des mêmes cellules avant écoute. Avant écoute, on pouvait noter que 20% de PN étaient identifiables par leur forme ; tandis qu’après écoute on constatait que 60% de ces cellules, mieux qu’identifiables, étaient intactes.

Pour les lymphocytes, on pouvait compter 34% avant, et 76% après écoute, de cellules intactes.""Le retard de vieillissement, objectivé par la conservation de la forme des cellules nuclées, laisse à penser que la MMD a permis le contact avec une information au niveau cellulaire, s’accompagnant d’une augmentation de la neguentropie (ordre et cohérence), d’où un passage possible à un niveau supérieur de conscience.
Et le fait est que les GR (globules rouges anuclés, sans noyau) aient subi le même vieillissement avant et après écoute tend à nous orienter vers une captation de l’information par le noyau des cellules, donc par l’ADN.

Sachant que les "phonons", équivalents acoustiques des photons, sont de même nature électromagnétique qu’eux, on peut penser que l’ADN pourrait, par couplage de résonance et par effet laser, jouer le rôle d’antenne électromagnétique lors de l’écoute de la musique.

Les fréquences sonores créées dans un état de cohérence intérieure, permettraient par résonance le rétablissement de la cohérence du corps électrique du sujet soumis à l’écoute de la musique, par élimination des distorsions du corps électromagnétique.
Cette information augmentant l’ordre au niveau cellulaire, le processus de vieillissement deviendrait un processus non obligatoire si nous sommes en contact avec l’information de notre conscience".


Une combinaison harmonieuse de sons, d’infra-sons et d’ultra-sons.

Par le son, on entend, par les ultra-sons on entre dans la matière vivante, dans le milieu cellulaire, et par les infra-sons, on touche cette même matière, directement comme avec un doigt microscopique.
En combinant les trois gammes de fréquences, comme on peut le faire avec les synthétiseurs et les appareils d’enregistrement digitaux, on accède à une communication multidimensionnelle entre la conscience et la matière, entre l’œuvre composée et l’ensemble conscience-matière de la personne réceptrice (un auditeur qui n’écoute pas forcement mais tout simplement entend, avec ses oreilles, sa chair, ses cellules et toutes les trames de son inconscient).

La MMD se présente aujourd’hui comme un moyen thérapeutique et de développement personnel accessible et ouvert à tous, qui permet de se libérer de la prégnance du passé sur les plans émotionnel, physiologique et psychique quel que soit l’âge du sujet, à partir du moment ou sa conscience prend part aux échanges d’information qui se jouent dans l’infiniment petit de son corps entre l’environnement extérieur et les phénomènes subatomiques intérieurs.


La MMD favorise l’expansion du champ de conscience (applications évolutives).

Utilisée par de plus en plus nombreux chercheurs et artistes, la Musique Multidimensionnelle est devenue un outil d’exploitation des autres dimensions de la conscience, avec des résultats probants sur l’évolution et l’optimisation des performances.
L’expérience montre que plus on est déjà performant, plus l’accroissement de performances est rapide et important.


Les applications thérapeutiques de la MMD:

Aide à l’auto-diagnostic.

La MMD favorise la prise de conscience du phénomène énergétique responsable du malaise, en vue de le corriger par ré information volitive (volonté consciente), processus impliqué dans l’auto guérison. Ce mode de diagnostic permet au sujet soumis à l’écoute de la MMD de prendre conscience et de percevoir la maladie, le déséquilibre énergétique, y compris la source du déséquilibre (circonstances qui ont induit la "rupture" d’information correcte ) même si elle a eu lieu il y a de nombreuses années.


Mode thérapeutique.

Le mode thérapeutique, ou intervient la conscience, procède par ré étalonnage et ré- équilibrage du champ électromagnétique (corps énergétique), entraînant des améliorations sensibles, tant physiques que psychiques.

** LA NEGENTROPIE:
ou neg-entropie est une entropie négative sans laquelle aucun système vivant ne serait viable. Par opposition à l'entropie qui exprime un accroissement du désordre dans l'univers, la néguentropie et une imprégnation d'ordre et de cohérence dans la structure de la matière.
Autrement dit, la néguentropie est une force d'onformation qui organise les structures et les fonctions des systèmes vivants et participe de la communication inter-cellulaire.

*** RÈGIS DUTHEIL est professeur de physique à la faculté de médecine de Poitiers et auteur de "l’Homme Superlumineux"  et de "la Médecine Superlumineuse" aux éditions Sand. Voir aussi l’article "La médecine Superlumineuse", La vie naturelle n77.
- Voir la biologie de la lumière, La vie naturelle n/ 52.
- Voir aussi l’excellent article de Rolf Landauer : Light faster than sound ? in nature, vol 365, 21 octobre 1993,pp 692 et 693.

Lydie Ries, chimiste, pharmacien biologiste, DEA de biologie cellulaire.

par Alex Vicq | La Vie Naturelle - Mars 1994 - n° 92 |

 

LIRE LES AUTRES ARTICLES DE PRESSE

Retour Haut de Page

Retour Accueil


| - LA MUSIQUE MULTIDIMENSIONNELLE® - Tous droits réservés : Images, Photos, Textes © Jacotte Chollet - RCS B 388 291 478 |